Cameroun - Parlement: Voici les enjeux de la session qui s’ouvre le 12 novembre 2019


Les travaux se tiennent un peu plus d’un mois après le Grand Dialogue national et à quelques semaines de la fin du mandat des députés.

La prochaine session parlementaire s’ouvre le à l’Assemblée Nationale et au Sénat le mardi 12 novembre prochain.

«Habituellement consacrés à l’examen et au vote du budget de l’Etat pour l’exercice à venir, et à d’autres textes législatifs, l’on ne saurait ne pas remarquer que cette va s’ouvrir dans un contexte peu habituel», note le quotidien Cameroon Tribune, paru le 8 novembre 2019.

Le journal gouvernemental fait remarquer qu’à «l’Assemblée Nationale l’on scrute la fin de la législature actuelle, la 9e du rang, qui a bénéficié d’une prorogation de mandat d’une année supplémentaire de la part du Président de la République, conformément aux prérogatives que lui reconnaît la Constitution. Ainsi donc, les travaux qui vont s’ouvrir dans quelques jours pourraient être les derniers pour les élus de cette législature».

La loi fondamentale du Cameroun, en son article 15, alinéa 4, prévoit que: «En cas de crise grave ou lorsque les circonstances l’exigent, le Président de la République peut, après consultation du président du Conseil Constitutionnel et des bureaux de l’Assemblée Nationale et du Sénat, demander à l’Assemblée nationale de décider, par une loi, de proroger ou d’abréger son mandat».

L’on devrait donc, au bout, avoir une idée un peu plus précise de la tenue des prochaines élections locales.

A propos du budget de l’Etat, Cameroon Tribune fait savoir que l’on scrutera particulièrement le volet réservé à la décentralisation, l’un des secteurs qui a particulièrement retenu l’attention du Président de la République ces dernières années.

«Difficile également de ne pas remarquer que la session parlementaire qui commence le 12 novembre prochain est la première à se tenir après l’organisation du Grand Dialogue National du 30 septembre au 4 octobre 2019, à l’initiative du Président de la République», lit-on.

Ces assises devaient permettre d’examiner les voies et moyens pour répondre aux préoccupations des populations du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, mais également de toutes les autres composantes de la nation camerounaise, avait indiqué le numéro 1 camerounais.

La rencontre a débouché sur plusieurs recommandations, dont celui relatif au statut particulier des régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. Une forme de fédéralisme.

Fred BIHINA

Commentaires

Articles Récents

Les États-Unis dénoncent la « xénophobie » de la Chine à l’égard des Africains

Les États-Unis ...

Les États-Unis ont viveme...

LA XENEOPHOBIE CHINOISE ENVERS LES CAMEROUNAIS EN CHINE . LE SILENCE SUSPECT DU CAMEROUN

LA XENEOPHOBIE ...

Ce gouvernement est co...

SELON CET INTERNAUTE,  MAURICE KAMTO A UNE LONGUEUR D'AVANCE SUR CERTAINS INTELLECTUELS CAMEROUNAIS

SELON CET INTER...

comment une petite phrase...

Covid-19 du Cameroun: Que fait le gouvenement?

Covid-19 du Cam...

Mes chers compatriotes,Le...

Croyant migrer vers l’Europe, des jeunes marocains se retrouvent en Côte d’Ivoire

Croyant migrer ...

Treize Marocains se sont ...

Cameroun - Parlement: Voici les enjeux de la session qui s’ouvre le 12 novembre 2019

Cameroun - Parl...

Les travaux se tiennent u...

Categories

Newsletter